Incinérateur : Participez à la nouvelle enquête publique !

Par Le bureau - Aube Durable - Le samedi 18 novembre 2017 - 4838 lecteurs

Une nouvelle enquête publique aura lieu du 26 mars au 27 avril 2018. Nous vous invitons tous à y participer. Vous trouverez, ci-dessous tous éléments nécessaires.

Infos pratiques

L’enquête publique a lieu du lundi 26 mars 2018 au vendredi 27 avril. Pour participer à cette enquête :
- Rencontrez le commissaire enquêteur ou renseigner le registre lors de l’une de ses permanences.

  • Lundi 26 mars de 9h à 12h à la mairie de La Chapelle Saint Luc
  • Mardi 3 avril de 14h à 16h à la mairie des Noës
  • Lundi 9 avril de 14h à 16h à la mairie de Barberey
  • Mardi 17 avril de 10h à 12h à la mairie de Sainte-Savine
  • Mercredi 25 avril de 10h à 12h à l’Hôtel du Petit Louvre à Troyes (Direction de l’Urbanisme)
  • Vendredi 27 avril de 15h à 17h à la mairie de La Chapelle Saint Luc.

- Adressez vos observations par mail à cette adresse pref-enquetepublique-valaubia@aube.gouv.fr
- Adressez vos observations par courrier au commissaire-enquêteur à la maire de La Chapelle Saint Luc – rue du Maréchal Leclerc BP 10082 – 10602 La Chapelle Saint Luc - Cedex.

L’ensemble des documents constitutifs du dossier sont à consulter ici :
- A la mairie de La Chapelle Saint Luc et de Troyes aux heures d’ouverture (ainsi que les registres)
- Sur le net à cette adresse : Dossier enquête publique Valaubia UVE
- Les contributions en ligne sont consultables à cette adresse : observations du public

Comment participer ?

Vous pouvez présenter, oralement ou par écrit (à privilégier), des observations, des suggestions et/ou des contre-propositions au commissaire enquêteur :
- Votre déposition doit être claire, réaliste, et argumentée ; elle ne doit s’étendre trop (2 à 3 pages maximum), et se conclure par une appréciation globale sur le projet envisagé.
-  Votre déposition peut exceptionnellement être anonyme. Elle risque alors d’être interprétée de manière spécifique, mais peut permettre une expression plus libre dans certains contextes particuliers.
-  Vous pouvez accompagner votre déposition écrite d’un entretien oral avec le commissaire enquêteur, afin de discuter son appréciation personnelle du dossier et lui apporter les compléments d’information utiles.

Avec quels arguments ?

Nous vous proposons, au bas de cet article, une liste d’arguments. Vous pouvez écrire une ou plusieurs contributions reprenant un ou plusieurs arguments. Il suffit pour cela de cliquer sur chaque lien.

Une démocratie a minima

Les enjeux démocratiques autour de ce projet sont très importants car il nous engage pour 40 ans (deux générations) et pour un investissement conséquent (78 millions d’euros).
Les citoyens que nous sommes, les premiers concernés sur la question des déchets ménagers, ont été écartés du processus d’élaboration.
L’information et la communication ont été quasiment inexistantes depuis 2010.
Consulter la liste des arguments

Un péril économique

L’investissement (78 millions d’euros), le mode de financement choisi (DSP), l’évolution des déchets en quantité et en qualité, les perspectives d’augmentation des taxes sur l’incinération auront des conséquences importantes sur les impôts que nous payons sur les ordures ménagères. L’impasse économique est quasiment certaine.
Consulter la liste des arguments

Santé, environnement : Appliquons le principe de précaution

Personne ne peut prédire les conséquences sanitaires dans 25 ans des rejets que cet incinérateur produira au coeur d’une agglomération. Le principe de précaution doit s’appliquer.
Consulter la liste des arguments

Réduire ou incinérer : il faut choisir.

L’Europe, l’ADEME, les associations environnementales s’accordent toutes pour stopper la construction d’incinérateurs car ceux-ci constituent des freins à la réduction, au tri et au recyclage des déchets. Les marges de manœuvre dans notre département sont encore considérables pour réduire ces déchets.
Consulter la liste des arguments

Post Scriptum :

Tableau récapitulatif des arguments

Démocratie Economie Santé et env. Réduction
La recommandation d’un moratoire de l’UE Les données chiffrées Les risques sanitaires Etat des lieux : le déclin de l’incinération
La convention d’Aarhus L’endettement par la DSP La position des scientifiques Le respect de la réglementation européenne
La compétence régionale La durée de la DSP 102 médecins alertent Une capacité surévaluée
L’absence de prise de position des élus DSP et bénéfice privé Une localisation qui aggrave le danger Les déchets de l’industrie
L’insuffisance de débats publics L’impact économique des vides de four Des rejets polluants La demande de mutualisation de l’ADEME
Une communication insuffisante Le surcoût des mâchefers Des risques d’accidents La demande de moratoire de la commission europénne
Des réunions interdites au public Le risque fiscal pour les collectivités L’impact sur l’effet de serre Des marges de réduction des déchets considérables
L’absence de consultation des riverains Finances et emplois avantage au tri L’impact des mâchefers Les effets de la Tarification Incitative
Le scénario le plus mal noté Le réseau de chaleur : double peine pour les habitants L’impact des REFIOIMS Les effets de la collecte des bio-déchets
Un 1er vote orienté Incinérateur et déchets industriels Etude d’impact insuffisante Privilégier l’économie circulaire
Une commission de concertation fantomatique x Risque de pollution de l’eau Objectif : recycler 100% des plastiques
L’enquête publique de 2014 x Absence d’évaluation des risques sanitaires
Le choix de Véolia X Une technologie dépassée
UVE : Un terme de nature à dissimuler le sujet de l’enquêt x Le contrôle des mâchefers x
Un périmètre d’enquête insuffisant x Le transport des déchets x
La politique du "fait-accompli" X X X

Messages

  • Je suis contre l’implantation de l’incinérateur parce qu’ on ne connait pas les effets sur la santé des gens vivants autour ... et je ne pense pas qu’ils soient bons

  • Bonjour,
    A lire très attentivement....sur le journal midi libre ,édition de LUNEL du lundi 11 décembre 2017....propos recueilli par Emilie BEC (ebec@midilibre.com ).
    Le porte parole de l’association de médecins pour l’environnement et la santé s’inquiète des conséquences des dernières conclusions faites lors de la commission de suivi de site de l’incinérateur de LUNEL-VIET.

  • Le manque de concertation, la pollution engendrée, les risques sanitaires, les surcoûts afin d’enterrer les résidus après incinération, sans parler du coût de construction de l’incinérateur et les risques économiques concernant les vides de four. Rien ne me paraît concluant dans ce projet. C’est pourquoi je vote contre.

  • -  Pour la dépréciation de nos bien immobilier, une étude a t elle été faite sur les autres sites qui procède un incinérateur ?
    -  Une étude exhaustive a t elle été menée sur les différents systèmes de traitement des déchets ménagers ? (comment font les départements ayant la même démographie).
    -  Pour un département de la taille de l’Aube (300 000 habitants), ce système de traitement par incinération est il UTILE ? (voir d’autre département de même taille)
    -  Les retombées sur les vents d’Ouest dominant, sur les cultures Maraichères locales ont elle été évalué ?
    -  Est il utile de rajouter des particules fines dans notre atmosphère alors que la bataille est engagée depuis quelques temps sur le parc de véhicule Diésel ?
    -  La présentation du projet « VALAUBIA » par VIOLA est idyllique, mais lorsque les équipement deviendront opérationnels, il sera trop tard pour faire un retour en arrière si dés problèmes sont identifiés au vu des investissements !
    -  La réglementation européenne va imposer dans un avenir proche des réductions draconiennes sur les émissions de particule fine.
    Il est urgent de prendre les devants plutôt que d’avoir nous les contribuables à régler la note des erreurs de 25 et 40 ans d’engagements. (Les 75 million du projet, ainsi que la montée des taxes européens sur les solutions à base d’INCINERATEUR).

  • bonjour
    Nous avons déposé une remarque concernant l’avis de la Mrae à la suite de votre courrier au Céser. A la réflexion, nous pensons que ce n’est peut-être pas le bon endroit puisque cela concerne plus précisément l’incinérateur. Aussi, nous la postons (en la modifiant légèrement) à l’endroit qui nous paraît plus opportun. A vous de voir s’il faut la faire reparaître.
    Nous relisons l’avis de la Mrae, 2ème paragraphe sur les eaux pluviales. Il y est écrit : "elles pourraient constituer un vecteur de transfert des pollutions atmosphériques ou d’autres pollutions de l’établissement vers la nappe. Cette possibilité d’infiltration est fréquemment interdite pour les installations industrielles en Alsace.
    Véolia et le Sdeda nous jurent que l’incinérateur ne pollue pas.
    Cette pollution invisible dont on ignore la nature va se déposer sur les voiries entourant l’incinérateur, sera récupérée par l’exploitant pour un usage industriel, et le surplus infiltré dans le sol, pas très loin d’un puits de captage (ce que dit la Mrae). Solution maintenue par Véolia dans sa réponse à la Préfecture. (réponse consultable dans le dossier mis à l’enquête) .
    Ce qui est interdit en Alsace, serait donc permis dans l’Aube
    Mais les riverains, les ENFANTS, les habitants auront-ils le droit d’infiltrer la pollution qu’ils vont respirer et où ?

  • Je suis pour ,on ne peut pas enfouir des détritus qui ne se décompose pas , et ceux qui se décompose, pollue l’eau

  • Je suis pour l’incinération de tout les déchets non recyclables.
    Depuis des dizaines d’année on a enfouis des millions de tonnes ...la terre est saturée alors :
    ENFOUIR ou INCINERER
    Je choisis le projet sur
    La Chapelle sont Luc.

  • Il faut savoir que la construction d’un incinérateur réduira de manière extrêmement marginale l’enfouissement.
    En effet, la plupart des déchets enfouis proviennent de l’industrie et ne sont, pour des raisons techniques, pas incinérables.
    D’autre part, un plan de réduction des déchets tel que d’autres collectivités peuvent le faire permettraient d’obtenir les mêmes résultats (très marginaux) en matière d’enfouissement.
    Contrairement à ce qu’on croit le choix ne se réduit pas entre "incinérer" ou "enfouir". L’un ne remplace pas l’autre.

  • De retour de la mairie ce matin mercredi 11 avril 2018 ( 11 h) ,j’apprends par Madame BEAULANT ( employée mairie de la Chapelle Saint Luc) que je peux consulter les contributions par voie électronique en me rendant à la préfecture de l’aube.

    Le mel ci dessous de Madame MIERZWA dit que les contributions sont CONSULTABLES sur le site internet.

    Je me mets à la place d’une personne qui ne maitrise pas l’ordinateur....doit elle se rendre au centre ville de Troyes pour prendre connaissance des documents consultatifs par tout le monde ?

    Pourquoi lors de la première enquête ,ces documents étaient ils visibles à la mairie de La Chapelle Saint Luc ?

    Si je consulte par voie électronique, à quel moment (jour et heure ) ces contributions sont elles visibles.....couac signalé en début de semaine ( est ce aussi dans le code ?)

    N’y a t’il pas là une volonté (politique ? )de cacher au public les nombreux arguments justifiés pour l’abandon du projet.

    Doit on imprimer les documents ( si c’est possible) et les coller dans le registre sur la table de la mairie de La Chapelle Saint Luc) ?

    N’y a t’il pas là une volonté de ne regarder que les plaquettes Valaubia sur la table de la mairie.

    La réponse de Madame MIERZWA s’appuie sur des codes ....mais beaucoup de mal à comprendre que ces documents ne soient pas visibles par tous les citoyens.

  • Réponse de la Préfecture....
    Les modalités d’organisation des enquête publiques sont régies par le code de l’environnement et sont rigoureusement appliquées.

    Les observations et propositions du public transmises par voie électronique sont adressées au président de la commission d’enquête par le bureau de l’environnement et de la concertation publique. Elles sont consultables sur le site internet de la préfecture de l’Aube dans les meilleurs délais conformément aux dispositions de l’article R.123-13 du code de l’environnement.

    Cordialement.

    Agnès MIERZWA
    chef du bureau de l’environnement et de la concertation publique
    Service de l’Accompagnement des Territoires et de la Coordination des Politiques Publiques
    PRÉFECTURE DE L’AUBE
    ☎ 03.25.42.35.80 / fax 03.25.73.77.26

  • Association de DEFENSE des consomateursde l’Aube
    Ci dessous une réponse du Président de l’association de défense des consommateurs de l’Aube, association qui ne prends pas position...et qui ne défendra pas ses adhérents CONTRE ce projet.
    Néanmoins il sera très intéressant de prendre connaissance de l’avis personnel, sur le registre, du Président Audigé et je ne manquerai de vous tenir informé.
    Chacun peut déjà deviner l’orientation de son avis....A suivre
    En ce qui me concerne je suis opposé à ce projet
    Bernard PIOT

    Réponse par mel du Président de l’association de DEFENSE des consommateurs de l’Aube :

    M Audigé a soumis votre demande au Conseil d’Administration .

    Il a été décidé par le Conseil que l’association de prendrai pas position concernant l’incinérateur.

    Il estime que ça ne rentre pas dans les compétences de l’ADCA et ne peut pas prendre position compte tenu du nombre d’adhérents puisqu’il y en a des pour et d’autre contre.

    Si vous voulez poser la question pendant l’Assemblée Générale le président vous répondra à ce sujet.

    En outre, le président lors de la prochaine enquête publique mettra son avis personnel sur le registre.

    Le projet VALAUBIA a été présenté lors de l’Assemblée Générale 2017 avec toutes les explications.

    En vous espérant que vous avez eu toutes les réponses à vos questions.

    Cordialement

    Alexandra Royer
    Secrétaire Comptable

  • Je suis pour la construction de l’Unité de Valorisation des déchets à la Chapelle-St-Luc

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document