L’Aube dans le palmarès de l’écologie en France

128 lecteurs | (actualisé le ) par Le bureau - Aube Durable

Publié chaque année dans le magazine La Vie [1]., le palmarès de l’écologie montre que notre département globalement très mal classé, est également un très mauvais élève en matière de gestion des déchets.

Voici le classement du département de l’Aube de 2013 à 2016 avec, à gauche, les résultats globaux [2] et à droite ceux relatifs à la "gestion des déchets" [3]

Place du département de l’Aube dans le palmarès Place du département de l’Aube sur le critère : « Gestion des déchets »
2013 91° 78°
2014 92° 55°
2015 88° 89°
 2016 92° 81°

Notre analyse :

Ce très mauvais classement montre la nécessité d’envisager une politique ambitieuse en matière d’écologie et notamment dans le domaine de la gestion des déchets.
Si l’incinérateur pourrait nous permettre très marginalement de progresser dans ce classement (à travers la valorisation énergétique), c’est forcément grâce à la mise en place de politiques de réduction, de tri, de prévention… que nous pourrons rejoindre les départements les mieux classés.

P.-S.

Pour information, des élus et des riverains ont visité, ce vendredi 23 février l’incinérateur d’Issy les Moulineaux, dans un département 88e des plus pollués et 87e dans la gestion des déchets.
L’incinération n’est donc pas synonyme de performance écologique.

Notes

[1Ce classement annuel est fait en partenariat avec France Bleu et France 3 Régions sur le site de LA VIE

[2Les 8 critères de classement : qualité de l’eau, qualité de l’air, gestion des déchets, agenda 21, transition énergétique, agriculture biologique, protection de la diversité, consommation durable.

[3Nous avons pris en compte les chiffres de la collecte et de la valorisation des déchets : évolution des ratios d’ordures ménagères et de déchets recyclables collectés par habitant, pourcentage de déchets ménagers dirigé vers de la valorisation matière, organique et énergétique. S’y ajoutent les sites pollués faisant l’objet d’une action publique ainsi que le nombre de sites produisant et/ou entreposant une quantité importante de déchets radioactifs (Source : Magazine La Vie. »