Les Troyens produisent-ils moins de déchets ?

936 lecteurs | (actualisé le ) par Le bureau - Aube Durable

Publié ce 9 août, un article de la presse locale fait état d’une forte baisse des déchets dans l’agglomération troyenne. Qu’en est-il réellement ? Quelle en est l’incidence sur le projet d’incinérateur ?

Baisse des déchets ? Merci à l’extension du Grand Troyes !

Cette baisse est hélas à relativiser. En effet, la réduction par habitant constatée (-21kg en 5 ans) est mettre en relation avec l’extension du périmètre du Grand Troyes devenu Troyes Champagne Métropole. Il y a 5 ans, le Grand Troyes comptait une grosse dizaine de communes fortement marquées par leur caractère urbain. La production d’OMR s’élevait alors à environ 278kg/an/hab. Mais en 5 ans, notre agglomération s’est considérablement étendue avalant près de 60 communes de sa périphérie rurale !
Or, nous le savons, les habitudes de tri sont nettement mieux respectées dans l’habitat rural. Le résultat est logique : en élargissant son périmètre et en intégrant des communes où les habitudes de tri sont meilleures, TCM a mécaniquement réduit son ratio de production par habitant.

Second élément à prendre en compte concerne les performances en matière de tri. Elles sont décevantes, même inquiétantes. L’article constate une stagnation sur les 5 dernières années. Cela signifie donc, compte tenu de l’intégration d’une soixantaine de communes rurales, par définition plus performantes, que le tri a sans doute reculé à dans l’ancien périmètre du Grand Troyes.

En vérité, selon nos informations, dans l’ancien périmètre du Grand Troyes, la production d’OMR n’aurait pas baissé. Plus grave, les performances de tri auraient reculé de 7 % !

Une marge de réduction plus forte encore que nous l’imaginions

Qu’en conclure, notamment dans la perspective d’un projet d’incinérateur ?

D’abord, avec un ratio de 256kg/hab en 2017, Troyes Champagne Métropole respecte quasi-parfaitement les objectifs fixés par le plan départemental de gestion des déchets.
Ensuite, que ce résultat est obtenu sans le moindre effort des collectivités. En effet, l’agglomération ne dispose pas de plan de prévention des déchets et n’a pour l’instant mis en place aucune mesure significative (telle que la tarification incitative ou la collecte des bio-déchets).
Enfin, compte tenu des éléments précédents et de la stagnation (voir le recul) du tri, cet article montre que nous disposons de marges de manœuvre encore plus fortes et plus grandes que notre association ne l’imaginait.

Rappelons toujours que la seule tarification incitative permettrait de réduire, dans l’hypothèse la plus pessimiste, de 30 % la quantité d’OMR. Le ratio serait alors de 180kg/an/hab, alors même que le projet d’incinérateur repose sur l’hypothèse d’un ratio de 220kg/an/hab en 2026.