Tri des déchets : Les aubois sont-ils exemplaires ?

96 lecteurs | (actualisé le ) par Le bureau - Aube Durable

Après l’article paru le 7 avril dernier sur le tri des aubois, notre association vous propose un autre regard, une autre analyse des performances locales en matière de déchets.

Les aubois trient mieux, c’est indiscutable et c’est que que rappelle fort justement l’article paru le 7 avril dernier et que vous pourrez relire ci-dessous. Réjouissons-en nous même si nous savons que ces progrès ne doivent pas grand-chose aux actions locales, aux programmes locaux de réduction et de prévention quasi-inexistants.

Ce bilan doit aussi nous amener à nous poser une autre question : si les aubois trient mieux, trient-ils bien ? Ont-ils, en d’autres termes, un comportement qui forcerait le respect ? La réponse est clairement non.

Un seul indicateur suffit à comprendre que les aubois sont loin, très loin d’être les champions du tri. Il s’agit du ratio d’OMR. Il permet de mesurer la quantité annuelle d’ordures ménagères pour chaque habitant. Plus ce chiffre est bas, plus il témoigne d’une population engagée dans des efforts de réduction des déchets, à la fois en terme de prévention (achat en vrac, lutte contre le suremballage…) mais aussi en terme d’effort de tri.

Ratio de production d’OMR en 2017

France Grand Est Champagne-Ardenne Aube
261 kg/hab 228 kg/hab 224 kg/hab 254 kg/hab

Si notre département est légèrement en-dessous de la moyenne nationale, il demeure, dans le Grand Est, un très mauvais élève en matière de tri, affichant des ratios largement supérieurs aux moyennes régionales. Circonstances aggravantes, les caractéristiques de notre territoire (ruralité, habitat individuel) sont extrêmement favorables à des comportements vertueux. L’Aube devrait donc, théoriquement, se situer dans le peloton de tête en terme de réduction des déchets.

La comparaison des 2 principales métropoles champardennaises permet de confirmer ce retard important en matière de prévention et de tri. Plus rurale, moins densément peuplée, disposant d’un habitat individuel plus important, l’agglomération troyenne devrait afficher des ratios meilleurs que sa voisine rémoise. C’est pourtant l’inverse.

- Agglomération de Troyes : 257 kg/an/hab [1]
- Agglomération de Reims : 246 kg/an/hab [2]

Ces chiffres indiquent donc très clairement que notre département a pris un retard très important dans ce domaine. Ils confirment que nous n’avons pas fait les efforts nécessaire et que par conséquent, la construction d’un incinérateur s’inscrit à contre-sens de la législation et du bon sens.
Car, rappelons-le (c’est le sens de notre recours engagé contre la construction de l’incinérateur), la loi fixe une hiérarchie dans le mode de gestion des déchets. Dans celle-ci, la prévention et le tri doivent être privilégiés. En affichant des ratios très nettement au-dessus des moyennes régionales, on comprend que les priorités légales n’ont pas été respectées.

L’article de L’Est-Eclair

2019-04-07-tri-aube.pdf