Artificialisation des sols : une copie insuffisante selon l’autorité environnementale

38 lecteurs | par Le bureau - Aube Durable

Le SCOT [1] vise à réguler l’ensemble des politiques en matière d’aménagement du territoire, ici, à l’échelle du département [2]. En cours d’élaboration, celui-ci vient de faire l’objet de critiques importantes de la part de l’autorité environnementale.

L’article de presse

2019-10-07-artificialisation.pdf

L’avis de l’autorité environnementale

2019age79.pdf

Notre commentaire : Au coeur de ce SCoT se trouve la question de l’artificialisation des sols. Ce phénomène prend dans l’Aube des proportions inquiétantes. Selon les chiffres officiels : « sur la période la plus récente 2006-2015, les surfaces agricoles, naturelles et forestières ont diminué d’environ 3 430 ha à l’échelle du SCoT, soit une consommation moyenne d’espace de 343 ha/an. »
Concrètement, chaque année, l’équivalent de 343 stades de foot d’espaces naturels disparaissent dans notre département, alors même que la population est quasi-stable.
Les critiques que formule l’autorité environnementale (avec toute la diplomatie du langage administrative) montrent à quel point cette question de l’artificialisation des sols n’est pas prise en compte comme elle devrait l’être.
Notre association rappelle ici que, dans le cadre des enjeux climatiques et de la préservation de la bio-diversité, il est nécessaire d’agir avec ambition.

Notes

[1Schéma de cohérence territoriale

[2En réalité 80% du département de l’Aube est concerné par ce schéma