Peut-on mieux gérer les déchets à TCM ? retours sur la conférence-débat

156 lecteurs | (actualisé le ) par Le bureau - Aube Durable

Un public nombreux (environ 130 personnes), composé d’élus, de candidats et de citoyens, est venu assister à la conférence-débat, organisée par notre association, Aube-Durable, et Zéro Déchet Troyes, consacrée aux à la gestion locale des déchets.

C’est Pascal Houplon, responsable d’Aube-Durable qui a posé les cadres et le contexte de cette soirée. Dans la perspective des prochaines élections municipales, l’association écologiste porte auprès des candidats une charte durable. Dans cette charte, 22 engagements précis, étayés, appuyés sur des retours d’expérience ont l’ambition d’infléchir le développement de Troyes et des communes de TCM vers une orientation plus « durable », plus « soutenable » nécessaire compte tenu des enjeux environnementaux.

Les déchets y tiennent une place centrale. En effet, la question de la réduction des déchets pose, à travers elle, d’autres questions fondamentales : Celle de notre modèle de production ; celle de notre mode de consommation ; celle du gaspillage ; celle de la préservation des ressources naturelles. Cette question des déchets doit donc, selon notre association, être investie par les candidats qui sont non seulement, candidats à l’élection municipale mais aussi à l’élection du conseil communautaire en charge de cette compétence.

L’intégralité de la conférence en format vidéo

et audio

Thibault Turchet, chargé de campagne et chargé des affaires juridiques de l’ONG « Zéro Waste France » a ensuite déroulé un état des lieux du traitement des déchets en France (de l’enfouissement, au recyclage en passant par l’incinération) avant d’en venir au coeur du sujet de cette soirée : De quels outils disposent les collectivités locales pour réduire ces déchets ?

Collecte des biodéchets (obligatoire fin 2023), tarification incitative, commande publique responsable... T. Turchet a, avec précision et parfois humour, détaillé les mesures les plus efficaces appuyées sur des retours d’expérience en France (Besançon, Thann-Cernay) et à l’étranger (Parme, Trévise, San Francisco).

La tarification incitative [1] apparaît comme le dénominateur commun aux collectivités locales qui ont le plus réduit leurs déchets. Besançon fait ici figure de modèle avec un ratio d’environ 150 kg/hab là où Troyes Champagne Métropole est à 257 kg/hab.

Dans la salle quelques inquiétudes se sont fait jour sur cette tarification incitative :
- « un nouvel impôt ? ». Non, a répondu T. Turchet : un simple changement d’un mode de calcul d’une taxe existante aujourd’hui particulièrement opaque et injuste.
- « une tarification qui incitera aux incivilités, aux dépôts sauvages ? ». Un épiphénomène selon T. Turchet qui s’estompe au bout de quelques mois, rappelant au passage que près de 5 millions d’habitants sont déjà couverts par cette tarification incitative.

Evidemment, la question de l’incinérateur chapelain ne pouvait pas être ignorée dans cette soirée. Thibault Turchet, après avoir rappelé l’existence de recours contre ce projet, a souligné l’absurdité d’un tel outil alors même qu’aucune collectivité auboise (sauf une : le SIEDMTO) n’a mis en place les outils efficaces de réduction des déchets et qu’il n’existe quasiment aucun Plan de Prévention des Déchets (PLPDMA) pourtant obligatoire depuis 2015. Et de souligner qu’un million investi dans l’incinération était un million perdu pour la réduction des déchets.
Pour conclure cette soirée riche et dense, T. Turchet a redit combien ce moment démocratique (les élections municipales) représentait une opportunité pour les candidats, les futurs élus et les citoyens pour s’approprier ce débat autour des déchets.

P.-S.

Dans les jours prochains, nous publierons une série de vidéos de cette soirée.

Notes

[1La tarification incitative consiste à calculer la taxe sur les ordures ménagères en proportion des quantités jetées dans sa poubelle grise