Notre position

Au regard des dégâts de ces derniers années sur les éco-systèmes et les zones humides, il y a nécessité à restaurer certains milieux naturels pour réduire le risque inondation. Et ces restaurations écologiques ne peuvent se faire sans moyen financier.
La taxe Gemapi est donc sans doute indispensable.
Reste à l’utiliser de manière intelligente et surtout à stopper les destructions et les processus d’artificialisation des sols.