Méthaniseur de Lusigny : les règles environnementales sont-elles "non-essentielles" ?

144 lecteurs | par Le bureau - Aube Durable

CommuniquésMéthanisation

Comment comprendre que le préfet de l’Aube laisse construire un méthaniseur à Lusigny-sur-Barse, en toute impunité, alors que toutes les prescriptions qu’il a imposées, ne semblent pas toutes respectées.

Aube Durable constatant d’éventuels manquements à la loi sur l’eau a adressé à la préfecture une demande d’information afin de lever ces incertitudes.
A ce jour, nos demandes sont restées lettre morte.

Résumé de l’histoire

En avril 2019, le préfet de l’Aube accorde un permis de construire à la société Launoy ETA pour la construction d’une unité de méthanisation agricole à Lusigny-sur-Barse, La capacité de ce méthaniseur avoisine les 30 tonnes/jour. Le permis de construire est assorti d’un certain nombre d’obligations, et notamment celle pour la société Launoy, « d’accomplir les procédures relatives à la loi sur l’eau avant de démarrer les travaux » [1].

Rappelons que pour fonctionner, le méthaniseur a besoin d’eau ; l’entreprise Launoy prévoit de pomper l’eau dans la nappe phréatique, un forage souterrain est prévu pour un prélèvement annuel de 5000 m3

L’eau est un bien commun, fragile. Compte-tenu des risques sanitaires liés à ces prélèvements un accord des autorités préfectorales est bien sûr indispensable.

Constat :

A ce jour les travaux du méthaniseur ont démarré, il est en voie d’achèvement. Des intrants destinés à être transformés sont stockés à même le sol depuis pas mal de temps déjà.

Question

Notre association reste toujours dans cette interrogation : La société Launoy ETA a-t-elle respecté les prescriptions du préfet, est-elle en conformité vis à vis des procédures concernant la loi sur l’eau ?
Le silence qui est opposé à notre association de la part des autorités laisse planer un certain doute.

Un agrandissement de ce méthaniseur ne serait-il pas déjà envisagé par la société Launoy ? et déjà à l’examen dans les services préfectoraux ? La question reste posée !

Et comme dit l’adage populaire : quand c’est flou, il y a un loup.

Notes

[1Source : Arrêté préfectoral du 5 avril 2019 accordant le permis de construire